• littlemissus

10 choses à savoir sur Buenos Aires


1. La culture

Buenos Aires, ville d'immigrés, possède une histoire mais aussi et surtout une culture très riche, patchwork de toutes les populations qui se sont réunies dans la capitale argentine. Ainsi pour ceux qui aiment les évènements culturels, Buenos Aires est un paradis! On y trouve un nombre incroyable de salles de spectacles, centres culturels, salles de concerts, festivals, et musées en tout genre. D'ailleurs le centre de la ville pourrait être un musée en lui même avec ses bâtiments aux architectures folles et aux histoires tout autant intéressantes. Mais nous parlerons de l'architecture au point suivant. Pour ne parler que des bâtiments culturels, il ne faut pas manquer le Teatro Colón, magnifique opéra, et le centre culturel Kirchner, imposante bâtisse qui pourrait être un palais.

C'est aussi à Buenos Aires que nous avons vécu le show le plus incroyable de notre vie. Nous avons assisté au spectacle Fuerza Bruta qui avant d'être un spectacle est surtout une performance. Nous ne nous sommes jamais senties autant vivantes que durant les 80 minutes passées dans cette salle, 80 minutes qui paraissent d'ailleurs tellement courtes au final. Si tu veux rêver, sursauter, halluciner, avoir le souffle coupé et participer à un moment renversant, n'hésite pas une seconde. Nous ne t'en dirons pas plus car moins tu en sais, plus la surprise vaudra le détour. Fuerza Bruta est un spectacle qui tourne aujourd'hui dans le monde entier, et nous espérons vraiment qu'il viendra bientôt par chez nous afin que tout le monde puisse le découvrir!

2. Architecture

Alors qu'est ce qu'elle a de si spéciale cette architecture? Et bien c'est un mélange d'absolument tout!! Il n'y a aucune règle de construction à Buenos Aires, pas de limites ou de loi quant à la taille, la couleur ou le style. Seule règle: il faut respecter le quadrillage de la ville, qui est inspiré de celui de Paris. L'avenue principale, qui est l'Avenida de Mayo, s'étend sur 2 kilomètres de la maison rose (palais du gouvernement) au congrès national. Elle divise ainsi la ville en deux parties: le nord, historiquement les quartiers riches et le sud où l'on retrouve le port (Puerto Madero) et la Boca, à l'époque portail d'entrée des immigrés sur les terres argentines. Cette avenue est une sorte d'Equateur à partir duquel le numérotage des maisons part de 0 puis augmente au nord comme au sud. Ainsi les rue changent de noms lorsqu'elles traversent cet Equateur. Plus que partout dans Buenos Aires, le chemin entre le congrès et le parlement regorge de tous les styles d'architectures ! Les argentins vouant un culte à l'Europe, ont fait venir les architectes européens qui ont pu se donner à cœur joie! Tu peux passer d'un bâtiment "Belle époque" à un autre inspiré de la renaissance italienne pour terminer face à une sorte de temple grecque (qui est en fait une église catholique où repose le corps de San Martin, dont nous parlerons plus bas)! Chaque ruelle peut cacher des petits bijoux architecturaux ainsi que des sauts dans le temps. Tu passeras des colonnade romaines à un building tout de verre et de métal. Et nombreux de ces bâtiments ont une histoire qui vaut la peine d'être racontée. Je vais te parler ici de l'immeuble le plus fou que nous avons rencontré : le Palacio Barolo!

Voici son histoire: Peu avant la 2ème guerre mondiale, certains italiens ont voulu préserver la dépouille de Dante en l'envoyant en Argentine. Pour lui offrir un tombeau digne de ce nom, l'architecte italien Mario Balanti a construit un palais totalement inspiré de la Divine Comédie. Il est divisée en trois partie, enfer, purgatoire et paradis et 24 étages qui totalisent une hauteur de 100mètres, chiffre qui correspond au nombre de chants. Six ascenseurs permettent de monter au sommet du purgatoire mais un seul permet d'accéder au paradis qui est en fait une sorte de phare, sa lumière au sommet représentant Béatrice. Et ainsi de suite tous les chiffres et les données apparaissant dans la célèbre œuvre de Dante se retrouvent dans cet immeuble fou. Et il n'est pas le seul à avoir une histoire incroyable...

3. Fuck

Oui oui le nom est un peu grossier mais attends de connaître l'anecdote qui nous a beaucoup fait rire quand nous l'avons entendue. L'histoire s'est passée dans les années 1950-60. Il s'agit en réalité d'une petite gueguerre entre aristocrates. Zelmira Gallardo, femme de José C. Paz qui avait construit un palace sur la place San Martin, a tout bêtement empêché le mariage de l'un de ses fils avec la fille d'un riche entrepreneur pour différentes raisons de renommées. La mère de celle-ci a décidé de se venger d'une manière plutôt maligne en laissant passer les années. Elle a pu acheter un terrain qui se trouvait devant l'église construite par Zelmira et y a fait construire un énorme bâtiment pour lui gâcher la vue... et si tu regardes bien la forme du bâtiment tu comprendras le titre... légende ou simple coïncidence personne ne le sait mais l'anecdote nous a fait sourire !

4. Le "ch"

Ah l'accent Argentin... Comment faire un article sur Buenos Aires sans parler des Porteños et de leur fameux accent ? C'est un incontournable !

Les Argentins ont une prononciation différente, disons le ainsi pour ne pas les vexer... Outre le changement de quelques mots comme le "vos" par exemple, ils prononcent "ch" les "s", les "ll" et les "y". Ce qui peut être un petit choc après seulement quelques minutes dans le pays. Mais nous avons rencontré beaucoup d'Argentins prêts à faire un effort sur certains mots ainsi que sur le rythme de paroles (car ne l'oublie pas la plupart des argentins sont issus de familles d'immigrants espagnols et italiens) pour que l'on puisse comprendre un minimum. Enfin, mis à part ce petit détail d'accent, qui personnellement me fait sourire, les argentins sont des personnes accueillantes et vraiment sympathiques !

5. La Boca

La Boca est sans aucun doute le quartier à ne pas manquer à Buenos Aires. Évidement il est connu donc touristique mais franchement il vaut le détour rien que pour le plaisir des yeux.

Il s'agit d'un ancien quartier de pêcheurs. Ils vivaient à l'époque à plus de 20 dans ces maisons super colorées. Aujourd'hui des centaines de touristes défilent chaque jour notamment à travers la petite rue "Caminito" qui dégage un charme énorme. Outre l'alignement de maisons jaunes, rouges, roses ou bleues plusieurs couples de danseur de tango présentent leur art. C'est absolument atypique ! Et totalement l'opposé de ce que tu pourras découvrir aux abords de la Plaza de Mayo. N'hésite pas à te balader au travers de ces rues colorées. Entre les petits magasins et les restaurants de spécialités tu ne vas pas être déçu !

6. Football

Ah le foot ! Encore une fois un sujet inévitable en parlant de l'Argentine. Que ce soit dans les rues avec les graffitis, dans les magasins avec tous les types d'accessoires ou encore aux lèvres des Argentins, le football est partout !

Et évidemment l'icône de ce sport est Maradona. Comme tu dois certainement le savoir, il est connu depuis sa fameuse "main de dieu" effectuée lors du match Argentine-Angleterre lors du Mondial de 86. Mais peut-être que tu ne sais pas toute l'histoire que cache ce geste devenu historique. Nous l'avons personnellement apprise lors d'un Free Walking Tour (oui nous devenons accros...). Ce fameux match avait failli être annulé car les organisateurs du Mondial avaient peur d'un quelconque affrontement entre les deux pays au passé commun compliqué. 4 ans auparavant seulement avait en effet eu lieu la guerre des Malouines, gagnée par l'Angleterre et qui avait causé la mort de beaucoup d'Argentins. Ce match était donc pour eux une opportunité de se venger. La manière dont cela a été fait est encore aujourd'hui controversée car évidemment toutes les photos le prouvent, Maradona a bel et bien triché mais "en l'honneur de son pays". Il fait aujourd'hui tout de même parti de ces personnes qui ont marqué l'Argentine mais qui divisent le peuple. C'est simple soit on le déteste soit on l'adore ! Un peu comme Evita.

7. Evita

Eva Perón, ou tout simplement Evita est sans aucun doute le symbole de l'Argentine. Mais un symbole étonnant car elle est idolâtrée par certains et détestée par d'autres.

Mais qui était-elle ? Eva Perón est née dans une famille modeste et est partie vivre son rêve d'actrice à la capitale, c'est là qu'elle a rencontré son époux, le futur président Juan Perón. Le mariage a forcément été très controversé à cause de la différence de classe sociale... un classique de l'histoire. Son statut de première dame lui a permis d'œuvrer notamment en faveur des femmes et des plus démunis. Elle a permis la mise en place de structures sociales pour les plus pauvres ainsi que pour les enfants, a donné aux femmes le droit de vote et enfin a failli être nommée vice-présidente du pays avant de finalement renoncer pour des problèmes de santé. Elle est en effet décédée à l'âge de 33 ans d'un cancer de l'Utérus. En résumé, Evita a profité de sa nouvelle place dans la société pour montrer à ses "nouveaux amis" d'où elle vient et a décidé de se battre pour toutes ces personnes qui vivent bien loin de la société mondaine. La haine que certains entretiennent envers elle vient en partie de son mari car Perón n'a pas été un président unanimement apprécié. Elle reste malgré tout un personnage clé de l'histoire du pays et sa tombe qui se trouve dans le fameux cimetière de Buenos Aires (un incontournable de la ville par ailleurs) est encore aujourd'hui décorée et honorée.

8. San Martin

San Martin, ce grand général argentin est la seule personnalité à faire l'unanimité en Argentine, au contraire de Maradona et Evita dont nous venons de parler. Il a tout d'abord combattu aux côtés des espagnols, entre autre durant l'occupation française de Napoléon et Joseph Bonaparte. Mais en Argentine il est surtout connu pour être un des libérateur de l'Amérique du Sud, combattant cette fois face à ses anciens compagnons d'armes! C'est à Buenos Aires qu'il commence à former dès 1812 un régiment de cavalerie à cheval. Après avoir battu les royalistes espagnols sur le fleuve Paraná, il gagne de nombreuses autres batailles notamment au nord de l'Argentine. Après avoir aidé à libérer l'Argentine, le Chili et le Pérou il décide de se retirer de la scène militaire et politique. Il s'exile brièvement à Londres puis en France où il meurt à Boulogne-Sur-Mer en 1850. San Martin est aujourd'hui un héros aux yeux de tous les argentins et même plus largement dans toute l'Amérique du Sud. Ne t'étonnes pas si en y voyageant tu découvres une myriade de places, rues, avenues et statues en son honneur!

9. Association des mamans et des grands-mamans

Qui sont ces femmes qui se réunissent tous les jeudis sur la place de mai, un foulard noué sur leur tête? Ce sont les associations des mamans et des grands-mamans qui manifestent depuis 1977 pour leurs enfants et petits enfants. Chacune a un but différent même si elles manifestent côte à côte. L'association des mamans représente toutes les mamans qui ont perdu leur enfant durant la dictature. Dictature qui a fait plus de 30'000 desaparecidos, personnes déclarées disparues dont on sait aujourd'hui que la plupart ont été assassinées par le régime, balancées dans l'Océan Atlantique (vols de la mort) ou enterrées dans des fosses communes. Ces mère se battent donc pour retrouver leurs enfants ou du moins leurs corps afin de faire le deuil et veulent que les assassins soient jugés.

L'association des grands-mamans prend également sa source durant la dictature. Lorsque des opposantes à la dictature étaient enceintes, elles accouchaient dans des camps de détention illégaux avant d'être portées disparues. Leurs enfants étaient ensuite adoptés par des militaires du régime. Les grands-mamans cherchent donc à retrouver leurs petits-enfants légitimes. Grâce à elles aujourd'hui 119 des 500 enfants enlevés ont pu être identifiés et ont retrouvé leur famille. Ainsi ces deux associations se sont formées durant la dictature. À cette époque tout regroupement de plus de deux personnes ou de deux personnes mais statiques était considéré comme une révolution et passable d'emprisonnement. La seule solution qui s'est offerte aux mamans et grands-mamans fut de manifester silencieusement, en marchant deux par deux en cercle autour de la place de mai. Et c'est toujours ainsi que, 40 ans plus tard, tu pourras les apercevoir avec leurs foulards symboliques.

10. Plongée dans la vie de San Telmo

San Telmo est le dernier quartier du centre de Buenos Aires à avoir gardé une partie de son architecture coloniale. Considéré comme le quartier des Bobos et des antiquaires, San Telmo a énormément de charme et nous avons fortement apprécié y vivre.

En son centre tu peux découvrir un marché couvert. Outre les étals de fruits et légumes, il cache aussi une très bonne boulangerie et un stand à raclette !

À deux rues du marché, tu découvres une petite place qui s'anime à la tombée de la nuit et résonne sous les pas des danseurs de Tango. Outre les petites boutiques d'antiquaires et d'accessoires-de décos, San Telmo regorge également de petits cafés et restos super sympas. Nous recommandons d'ailleurs el banco rojo où tu trouveras les meilleurs hamburgers de Buenos Aires à un prix plus que raisonnable! Finalement, si tu veux découvrir San Telmo dans toute sa splendeur, profite du marché le dimanche: musiciens de rue, artisanat, souvenirs, produits locaux, magicien, nourriture, vêtements... San Telmo grouille de vie tous les dimanche et nous a remplies de ses Buenas Ondas pour notre retour en Suisse.

Et voilà, comme tu l'as peut-être compris Buenos Aires était la dernière étape de notre périple. Nous sommes donc rentrées à la maison la larme à l'oeil mais le coeur rempli de souvenirs inoubliables ! Nous avons passé 5 mois incroyables !

Ne t'inquiète pas, ce n'est pas le dernier article, nous allons continuer à te faire rêver et voyager.

Promis, nous revenons très vite !

Merci à toi, qui que tu sois de nous avoir lu et d'avoir suivi notre voyage. Qui sait ? Peut-être que cela t'aura donné des idées ;)

Swissgirlstrotter, Nathalie & Cloé.

#Argentine

0 vue
  • b-facebook
  • Instagram Black Round
  • YouTube - Black Circle